Josée Jobin, étudiante au baccalauréat en nutrition, reçoit la bourse nationale d’excellence du Consortium national de formation en santé (CNFS). 

 

Le Consortium national de formation en santé (CNFS) a procédé aujourd’hui à la remise de bourses nationales d’excellence à des étudiantes et étudiants provenant de chacune des onze institutions de formation membres du CNFS, dont l’Université de Moncton, dans le cadre d’une activité de reconnaissance sur la colline parlementaire à Ottawa. Les récipiendaires de ces bourses d’excellence sont des étudiantes et étudiants exceptionnellement méritants, inscrits dans un programme de formation postsecondaire en santé dans les collèges et universités membres du CNFS au Canada. Les boursiers se démarquent notamment par leur engagement envers une communauté francophone en situation minoritaire, par leur dossier académique et par leur participation active à la vie étudiante au sein de leurs établissements respectifs.

La récipiendaire de l’Université de Moncton est Josée Jobin, étudiante de 4ee année au baccalauréat en nutrition au Campus de Moncton. Chacun des récipiendaires a reçu une bourse de 1 500$, ainsi qu’un certificat de reconnaissance qui a été décerné par un représentant de Santé Canada lors d’une réception en présence de plusieurs parlementaires.

 

  

 

De gauche à droite, Sean Casey, député Charlottetown et Secrétaire parlementaire de la ministre du Patrimoine canadien, Peter Schiefke, député Vaudreuil-Soulanges et secrétaire parlementaire du Premier ministre pour la jeunesse, Mai Savoie, Coordonnatrice régionale du Consortium national de formation en santé (CNFS)- Volet Université de Moncton, la boursière, Josée Jobin, Raymonde Gagné, sénatrice, René Arsenault, député de Madawaska-Restigouche. À l’arrière on aperçoit, Sally Scott, directrice du Bureau d'appui aux communautés de langues officielles de Santé Canada. 

 

Profil de la boursière Josée Jobin

Josée Jobin est inscrite en 4e année du baccalauréat en nutrition à l’Université de Moncton. Étudiante passionnée et curieuse, elle s’implique activement depuis plusieurs années au sein de son institution, tout en conservant une moyenne académique exceptionnelle. Depuis 2 ans, elle est membre du conseil étudiant de l’École de science des aliments, de nutrition et d’études familiales, d’abord à titre de trésorière et ensuite comme vice-présidente académique. Ce poste lui a donné la chance d’organiser diverses activités de l’Association canadienne des professionnels des services alimentaires (CAFP), dont fait partie le conseil étudiant. Josée a aussi participé à deux éditions des Meeting des étudiants en nutrition à l’Université (MENU), ce qui lui a donné l’occasion de créer des liens avec des étudiants en nutrition au sein d’autres institutions francophones au pays.

Josée a également eu la chance de mettre en pratique ses qualités d’animatrice et d’offrir des conseils en nutrition lors de diverses activités communautaires regroupant des clientèles variées. Elle a ainsi animé des ateliers de prévention auprès de groupes d’aînés et d’élèves du secondaire qui portaient sur les saines habitudes de vie et l’alimentation. Elle a aussi agi à titre de mentor avec plusieurs équipes de basket-ball des écoles primaires de la région de Dieppe pour faire la promotion de l’activité physique auprès des jeunes.

 

 Au cours des dernières années, Josée a pu s’initier au travail de recherche en collaborant au recrutement des participants à un projet portant sur l’apport en oméga-3 chez les nourrissons. Au cours de l’été 2017, elle travaillera avec une étudiante à la maîtrise qui effectue une recherche sur le lien entre l’apport en antioxydant et le cancer du sein. Elle sera responsable du recrutement des participants à cette étude et elle contribuera également à la cueillette de données sociodémographiques et à la préparation de journaux alimentaires.

 

 Josée effectuera dès septembre prochain un internat de 40 semaines en milieu clinique, en santé publique et en gestion alimentaire dans la région du grand Moncton. Bien que la maîtrise l’intéresse, elle souhaite d’abord obtenir un peu d’expérience pratique en nutrition clinique avant de décider de son avenir professionnel. Sensibilisée à l’importance d’offrir des services de qualités dans les deux langues officielles, elle souhaite continuer à contribuer au mieux-être de la communauté francophone du sud-est du Nouveau-Brunswick.

 

 Notons que le Consortium national de formation en santé (CNFS) est un regroupement pancanadien de 11 établissements d’enseignement universitaire et collégial offrant des programmes d’études en français dans diverses disciplines de la santé, et de six partenaires régionaux permettant d’améliorer l’accès à ces programmes de formation en santé en français. Le CNFS compte également un Secrétariat national, situé à Ottawa, qui joue un rôle de leadership, de développement et de concertation dans la planification et la réalisation des objectifs du CNFS. Cette alliance stratégique permet d’accroître la présence et l’apport de professionnels de la santé et de chercheurs francophones et bilingues afin d’accroître l’offre de services de santé en français de qualité et adaptés aux besoins des communautés francophones en situation minoritaire.  Depuis le 1er avril 2015, le CNFS est sous l’égide de l’Association des collèges et universités de la francophonie canadienne (ACUFC), ayant grandement contribué à la création de la nouvelle association, mais conserve son identité commerciale et son modèle de fonctionnement. 

 

 Cette initiative est financée par Santé Canada dans le cadre de la Feuille de route pour les langues officielles du Canada 2013-2018 : éducation, immigration, communautés.