Les établissements membres du Consortium national de formation en santé (CNFS) intègrent à différents niveaux les concepts d’offre active des services de santé en français dans leurs programmes d’études. Cette initiative vise à permettre aux futurs professionnels de la santé d’agir à titre de leaders et d’agents de changement dans leur milieu de travail en ce qui concerne l’offre active des services de santé en français.

 

L’offre active est considérée au Canada comme une innovation dans les soins de santé et est appuyée de nombreuses études qui corroborent son importance et son impact sur la qualité et la sécurité des services et des soins fournis. L’offre active, c’est offrir dès le premier contact, les soins et les services à la clientèle dans la langue officielle de son choix. L’offre active est d’importance capitale dans le domaine de la santé et des services sociaux, puisque la langue est véritablement le premier outil du professionnel.

 

Grâce à la valeur ajoutée des concepts d’offre active dans les programmes soutenus par le CNFS, les professionnels formés pourront être des ambassadeurs confiants et convaincus de cette approche novatrice dans leur milieu de travail. Le CNFS est un leader en matière de formation à l’offre active des soins de santé et des services sociaux et a ainsi créé de nombreuses ressources à cet effet. La campagne Dites FRANÇAIS et ça va déjà mieux! que le CNFS relance aujourd’hui mets en lumière les outils et formations disponibles par le biais de ses portails. Pour en savoir plus, visitez: www.ditesfrancais.ca .

 

L’École réseau de science infirmière de l’U de M propose une passerelle menant au baccalauréat aux infirmières et infirmiers auxiliaires

 

L’École réseau de science infirmière de l’Université de Moncton, chef de file dans la formation infirmière en français au Canada atlantique, misant sur le partenariat avec les Collèges communautaires du Nouveau-Brunswick et répondant à une demande de l’Association des infirmières et infirmiers auxiliaires autorisés, a conçu une passerelle permettant aux infirmières et infirmiers auxiliaires admissibles de poursuivre leurs études au baccalauréat.

 

Selon France L. Marquis, co-conceptrice de la passerelle et chef du secteur science infirmière du campus d’Edmundston, cette initiative permettra de pallier à la pénurie infirmière. Rappelons que cette passerelle a été entérinée par le Sénat académique de l’Université de Moncton en mai dernier. Elle permettra à dix candidates et candidats admissibles, tant au campus de Moncton, qu’à Edmundston et à Shippagan, d’entreprendre cette passerelle.

 

« Pour être admissible à la passerelle, les infirmières et les infirmiers auxiliaires doivent avoir complété une formation de base de 18 ou de 24 mois, détenir un permis de pratique d’infirmier ou d’infirmière auxiliaire et, avoir cumulé deux ans d’expérience en tant qu’infirmière ou infirmier auxiliaire », précise Pierre Godbout, directeur de l’École réseau de science infirmière de l’Université de Moncton. La passerelle est d’une durée de deux sessions universitaires, à temps plein. Elle pourra aussi être offerte à temps partiel, s’étalant alors sur plusieurs sessions. Suite à la passerelle, les candidates et les candidats admissibles rejoindront les étudiantes et les étudiants de troisième année, à la session d’automne.

 

Selon Nathalie Boivin, chef du secteur du campus de Shippagan, un des avantages de cette passerelle est qu’elle permet aux infirmières et infirmiers auxiliaires de pouvoir étudier dans leur région. Puisque les cours de la passerelle débuteront en janvier 2016, les candidates et les candidats sont invités à entreprendre, dès maintenant, leurs démarches et de s’informer auprès du Service de l’admission de l’un des trois campus de l’Université de Moncton.

 

 

Personnes-ressources :

Service de l’admission de l’Université de Moncton, tél : 1.800.363.8336

 

Site web : www.umoncton.ca