L’École réseau de science infirmière de l’U de M propose une passerelle menant au baccalauréat aux infirmières et infirmiers auxiliaires

 

L’École réseau de science infirmière de l’Université de Moncton, chef de file dans la formation infirmière en français au Canada atlantique, misant sur le partenariat avec les Collèges communautaires du Nouveau-Brunswick et répondant à une demande de l’Association des infirmières et infirmiers auxiliaires autorisés, a conçu une passerelle permettant aux infirmières et infirmiers auxiliaires admissibles de poursuivre leurs études au baccalauréat.

 

Selon France L. Marquis, co-conceptrice de la passerelle et chef du secteur science infirmière du campus d’Edmundston, cette initiative permettra de pallier à la pénurie infirmière. Rappelons que cette passerelle a été entérinée par le Sénat académique de l’Université de Moncton en mai dernier. Elle permettra à dix candidates et candidats admissibles, tant au campus de Moncton, qu’à Edmundston et à Shippagan, d’entreprendre cette passerelle.

 

« Pour être admissible à la passerelle, les infirmières et les infirmiers auxiliaires doivent avoir complété une formation de base de 18 ou de 24 mois, détenir un permis de pratique d’infirmier ou d’infirmière auxiliaire et, avoir cumulé deux ans d’expérience en tant qu’infirmière ou infirmier auxiliaire », précise Pierre Godbout, directeur de l’École réseau de science infirmière de l’Université de Moncton. La passerelle est d’une durée de deux sessions universitaires, à temps plein. Elle pourra aussi être offerte à temps partiel, s’étalant alors sur plusieurs sessions. Suite à la passerelle, les candidates et les candidats admissibles rejoindront les étudiantes et les étudiants de troisième année, à la session d’automne.

 

Selon Nathalie Boivin, chef du secteur du campus de Shippagan, un des avantages de cette passerelle est qu’elle permet aux infirmières et infirmiers auxiliaires de pouvoir étudier dans leur région. Puisque les cours de la passerelle débuteront en janvier 2016, les candidates et les candidats sont invités à entreprendre, dès maintenant, leurs démarches et de s’informer auprès du Service de l’admission de l’un des trois campus de l’Université de Moncton.

 

 

Personnes-ressources :

Service de l’admission de l’Université de Moncton, tél : 1.800.363.8336

 

Site web : www.umoncton.ca

 

Des retombées importantes pour la formation postsecondaire en santé et l’offre des services de santé en français au pays.

 

Dans le cadre de l’Assemblée générale annuelle (AGA) du Consortium national de formation en santé (CNFS), qui a lieu le 25 juin dernier au campus de Toronto du Collège Boréal, une cinquantaine d’intervenants et de partenaires de divers milieux et régions de partout au pays se joindront aux dirigeants des 11 collèges et universités membres du CNFS. Tous ces participants concernés par la formation postsecondaire en santé et l’offre des services de santé en français témoigneront du rôle essentiel et indéniable du CNFS dans ces domaines.

 

« Les retombées du CNFS vont bien au-delà de la formation de professionnels de la santé, elles touchent également toutes les sphères du continuum de l’offre des services de santé en français. Les propos des intervenants de divers milieux, qui participeront à notre Assemblée annuelle, offriront une perspective unique de l’impact du CNFS, de son effet structurant et de son rayonnement », affirme M. Allister Surette, coprésident du CNFS et recteur de l’Université Sainte-Anne.

 

De plus, 11 étudiants, inscrits à des programmes postsecondaires en santé et services sociaux des institutions d’enseignement membres du CNFS, seront honorés. Ces étudiants recevront une bourse d’excellence du CNFS d’une valeur de 1 000 $ chacune, ainsi qu’un certificat de reconnaissance de Santé Canada, tant pour leur rendement scolaire exemplaire que pour leur implication dynamique au sein de leur communauté.

 

« Nous tenons ainsi à reconnaître les efforts de nos étudiants et nous espérons que cette bourse les encouragera à poursuivre leurs études afin de devenir des professionnels engagés et aptes à offrir activement des services de santé en français de qualité dans leur communauté », indique Mme Lise Bourgeois, coprésidente du CNFS et présidente de La Cité.

 

En 2014-2015, le CNFS a contribué, entre autres, à la création de deux nouveaux programmes postsecondaires en santé, pour un total de 100 programmes soutenus par le CNFS, et à la diplomation de 775 étudiants, portant à 5 126 le nombre total de diplômés des programmes soutenus par le CNFS depuis 2003.

 

Le Collège Boréal est l’hôte de l’événement cette année et c’est avec enthousiasme que le président, M. Pierre Riopel, ajoute « Le Collège Boréal est fier de faire partie de cette alliance exceptionnelle qu’est le CNFS, et ce, depuis ses débuts. Les résultats du CNFS au plan national et au sein du Collège Boréal sont pour nous la preuve tangible de l’importance et de la pertinence du mandat et du rôle du Consortium pour la santé et le mieux-être de nos communautés ».

 

Pour plus d’informations concernant le CNFS, le Collège Boréal et ses autres institutions membres, visitez : http://cnfs.net/membres-et-partenaires/institutions-membres/

 

Pour consulter les faits saillants 2014-2015 du CNFS et du CNFS au Collège Boréal, téléchargez le Communiqué de presse dans son intégralité.